Développement local : L’Association Nkol-Eding joue les prolongations de la JIF

la présidente de l’Association Nkol-Eding pendant la lecture du discours

Les femmes de l’association Nkol-Eding, dans l’arrondissement de Meyomessala, département de Dja et Lobo ont clôturé leurs activités annuelles du 14 au 17 mars sous la conduite de Mme Esther Bitoté, leur présidente.

L’apothéose de la semaine de la femme de l’Association Nkol-Eding qui compte désormais 9 antennes dans l’arrondissement de Meyomessala à Biba-Yemfek a eu lieu le 17 mars dernier. Une cérémonie riche en couleurs et en sons où, la présidente de cette association de femmes : Esther Bitoté a mis les petits plats dans les grands. Ainsi, plusieurs autorités administratives, traditionnelles et religieuses sont venues soutenir et rehausser de leur présence la femme de cette localité parmi lesquels, le sous-préfet de Meyomessala, Jean-Pierre Eloundou qui préside traditionnellement cet évènement et celui d’Edom qui y prenait part pour la première fois.

Pour arriver à ce jour de gloire, plusieurs activités ont été menées par les femmes de l’association de Nkol-Eding en amont. C’est ainsi que 4 jours durant, elles ont participé à des séances de causerie éducative axée premièrement sur l’Andropause. « Les femmes de notre association ont bénéficié des explications sur l’andropause qui constitue l’ensemble des troubles de la vie sexuelle chez l’homme, à partir d’un certain âge, en raison de la baisse d’une hormone appelée testostérone », Explique Esther Bitoté dans son allocution de circonstance. Le développement durable était le deuxième point de ces thèmes. Développé par la présidente elle-même, elle a insisté « sur la responsabilité de la communauté dans la préservation des générations futures ». La jeunesse scolaire a été également interpellée lors de ces causeries éducatives. Elle a été entretenue sur l’orientation scolaire, « pour susciter en la jeune fille, l’intérêt du choix des filières scientifiques et c’est de cette façon qu’elle pourrait revendiquer ses droits sans sourcilier », selon Mme Esther Bitoté.

le sous-préfet en pleine dégustation

La particularité de l’édition de cette année a été la volonté manifestée par les femmes de cette association de passer à la phase productive. Aussi ont-elles en projet la mise sur pied d’une unité de transformation de manioc en certains sous-produits qui peuvent non seulement permettre la diversification de la consommation de ce manioc mais également permettre sa conservation à plus long terme. De cette transformation, qui n’a pas été qu’expliquée, puisqu’elle a été effective en sont sortis : de la farine pâtissière, de l’amidon, et du tapioca appelé traditionnellement « gari ». La transformation ne s’est pas arrêtée là, puisque de la farine pâtissière produite, on en a fabriqué du pain et des différentes pâtisseries qui ont été dégustées lors de cette cérémonie de clôture des activités de l’association. Aidé par le Refadi (Repère Femmes Afrik pour le Développement Intégral) que dirige Mme Thérèse Onana, les femmes ont appris comment transformer et ont commencé à transformer et ce qui a été transformé a été visible et même consommé.

carré spécial des femmes des généraux sous la conduite de Mme Bitoté

La présidente, dans son allocution, a insisté pour s’en féliciter et les remercier, tous ceux qui, dans le passé ont toujours soutenu l’Association dans ses projets de réalisations. Elle a reconnu que ce soutient sont de premier ordre et ont permis par le passé à l’Association Nkol-Eding de disposer d’une Maison de la Femme aussi digne que celles des milieux urbains. C’est ainsi que cette unité de transformation de manioc qui doit aller jusqu’à la production du pain à partir de la farine pâtissière qui en sera l’un des produits dérivés, constitue l’un des nouveaux défis. Madame Bitoté a encore tendue la main pour que ce projet, qui sera le premier vrai projet générateur de revenu puisse voir le jour. Elle semblait avoir grand espoir puisque  par le passé, l’Association a fait bon usage des aides reçues et la Maison de la Femme est là pour le prouver, cela encouragerait les donateurs.

john duChant en pleine prestation

En réponse à l’allocution de bienvenue de la présidente, le sous-préfet de Meyomessala a rendu un hommage appuyé à la fois à cette Association qui depuis bientôt 10 ans a gardé un cap essentiellement positif mais également à sa présidente pour son dynamisme. Il a ainsi encouragé tout le monde à venir en aide et à soutenir cet autre projet de l’Association, non sans avoir au préalable fait un historique de ce qui a abouti à la date du 8 mars. Riche en couleurs et en sons, comme par le passé, la cérémonie de cette année a encore satisfait les attentes en termes d’animations culturelles avec la présence d’artistes de renom au rang desquels : John Duchant, Patou Bass et quelques autres. Autre chose qui n’a pas failli c’était la remise des cadeaux : aux meilleurs couples des antennes de l’Association ; aux cuisines les plus propres de la contrée mais aussi aux meilleurs danseurs des concours qui ont été organisés séance tenante. La fête de la femme à Biba-Yemfek a vécu ; et tous une fois encore s’en félicitent.

Christelle Nkolo, envoyée spéciale à Biba-Yemfek

 

A Lire également

Leave a Comment