“Paul Biya est et reste le candidat du Nkam pour les prochaines élections présidentielles sauf cas de force majeure divine jacques Maboula Mboya maire de Yabassi

 

1-Vous avez signé ce jour une convention avec une délégation portugaise. De quoi s’agit-il

 

La présente convention vise à consolider au plan international l’image du Cameroun comme terre d’accueil, d’ouverture, d’opportunités et de fraternité dans un contexte en proie au clash des civilisations, et au communautarisme transfrontalier. Au plan national l’état final recherché est de rattraper le grand retard de Yabassi chef lieu du département du Nkam qui manque des infrastructures socioéconomiques de base alors que si proche de Douala; quand on sait la surpopulation invivable de notre capitale économique. En termes simples Yabassi par ce protocole Cameroun – Portugal doit entrer dans la modernité et la productivité en tirant avantages maximum de son potentiel économique dans le domaine agricole, forestier, minier, solaire, aménagement urbain, sportif, habitat, et servir de ville prototype du Cameroun à l’horizon 2035 par son plan local d’urbanisme (P.L.U) et sa cité municipale de l’émergence, Dans ce partenariat c’est l’avenir du Cameroun en grand puisque la mise en place d’une industrie du béton à Yabassi va bien au delà de la construction de la commune de Yabassi elle vise à satisfaire les besoins en logements, aires de loisirs et sportifs qui font défaut à de nombreuses villes du Cameroun. C’est le paramétrage objectif et réaliste du modèle économique et de développement de notre cher et beau pays le Cameroun qui fait du patinage en termes de progression et de solutions endogènes développement. Si le gouvernement de la république clé majeure de cette dynamique est réactif et réaliste cette mise en route sera salutaire pour les Yabassiens en particulier et les Camerounais en général qui s’épanouiront durablement dans ces concepts innovants qui bouillonnent en nous sans issues depuis des décennies.

2-Est-ceà dire que vous entendez suppléer au “tout Etat” en vigueur en engageant la mairie de Yabassi sur des pistes non couvertes par l’État.

 

La mairie est un démembrement de l’état et toute action municipale vise à rendre crédible la politique gouvernementale et la cohérence républicaine en terme de développement de proximité, l’état est la tutelle catalysante et ingrédient déterminant de tout accord de coopération technique et financier puisque payeur in fine des financements empruntés. Nous offrons à l’état du Cameroun une occasion unique de rattrapage technico économique et financier pour le développement intégral des territoires à partir d’un modèle dont Yabassi sera la vitrine désormais c’est un chemin à suivre vers notre vérité commune qui est faite de renoncement aux talents, génies, compétences disponibles pour des raisons subjectives et de préjugés que nous devons désormais transcender dans l’intérêt du Cameroun et des générations futures puisqu’on ne partage pas la pauvreté, on partage la richesse et ce sont les hommes de génie, de talent, de compétence et d’excellence qui créent cette richesse redistribuable aux plus défavorisés de la nation pour une république d’abondance, prospérité, solidaire impartiale et juste offrant une égalité de Chances à tous les citoyens de la nation sans distinction de clivages partisans, tribaux, genres etc….

Comment s’est passé le contact avec les portugais?

Par la loi d’affinité et de la convergence qui se résume en Mathieu 7-7: demandez et l’on vous donnera, frappez et l’on vous ouvrira, cherchez et vous trouverez… de la même façon que vous avez fait pour choisir votre épouse sur plusieurs millions de femmes disponibles … suivez mon regard (rires)

Avez-vous d’autres projets de partenariat à l’horizon ?

Bien entendu nous avons de nombreux projets en vue qui se résument en un seul grand projet à savoir construire le rêve camerounais qui seul nous permettra de prospérer tous ensemble pleinement épanouis fiers  de scander haut et fort notre patriotisme et porter le Cameroun comme un symbole ardent de foi et d’unité que l’on soit anglophone ou francophone, du nord du sud de l’est ou de l’ouest; finaliser ce vivre ensemble en actes concrets transmissibles aux générations futures.

Vous avez jubilé l’année dernière pour la construction de la route Douala  Bonepoupa Yabassi ou en sommes nous ?

La société Buns Mag a gagné le tronçon Yabassi bonépoupa; la mise en place du chantier est entamée, son tracé topographique est achevé, pour ce qui est de Douala Bonépoupa la société Encobat est à l’oeuvre et le traçage physique de la route est engagé dans les secteurs où il n’y a pas d’indemnisations à faire et je crois que le plus lourd verra une accélération avec la fin des pluies d’ici octobre novembre; merci au Plan d’urgence présidentiel Paul Biya.

Vous avez baptisé cette piste boulevard Paul Biya. Qu’aviez-vous derrière la tête ?

 

c’est le 06 novembre 2013 que nous avons eu cette inspiration et avons baptisé la route Douala bonépoupa Yabassi la nationale Paul Biya parce que nous recherchions des financements et seul lui président de la République pouvait nous y accompagner en qualité de père de la nation et grand patriarche de la république; nous voulions que cette route reste comme un cadeau souvenir d’un père à tous les Nkamois, mais mieux encore un contrat de confiance entre le chef de l’état et le Nkam tout entier au delà des clivages partisans de la révolution Yabassienne du 30 septembre 2013 qui était juste l’expression d’une exaspération démocratique et élitiste locale sans commentaires…

Toutes les forces du Rdpc sont mises en place pour vous bouter hors de Yabassi

 

Quelle sera votre stratégie pour continuer ce que vous avez commencé ?

 

demain appartient à Dieu, et ce serait réducteur de Yabassiser mon engagement politique qui reste républicain et non partisan, au Plan local je suis plus proche du RDPC que de nombreuses élites elles le savent bien, le plus important pour moi était de leur passer un message au regard du président de la république et de la nation Cameroun toute entière… je vous rappelle que l’opposition a défilé à Yingui le 20 mai 2017 et que je suis sollicité pour des dynamiques nouvelles, mais je m’en refuse à ce jour en qualité de premier magistrat municipal parce que Yabassi ne saurait payer le prix du sacrifice des ambitions politiques individuelles d’opportunistes de tout bord. ma mission actuelle c’est construire aux yabassiens le vivre ensemble aux côtés du président Paul Biya gardien des institutions de la République qui a besoin au regard du contexte socioéconomique et sécuritaire actuel de toutes les forces et volontés disponibles pour rétablir la paix et la confiance de tous nos territoires en la république et en ceux qui l’incarnent.

Les journaux et les réseaux sociaux ne parlent que de votre discours désormais célèbre contre les prédateurs des ressources du Nkam. Donnez-nous des exemples de spoliations ?

 

La réalisation de nombreux marchés publics dans le Nkam au rabais parce que des devis et DAO sont surfacturés par ceux qui doivent les réaliser, la création des commissions internes de passation de marchés publics dans des communes de moins de 200 habitants dotées de budget avoisinant les 400 voire 500 millions de francs cfa alors que le chef lieu de département qui fait plus de 40 000 habitants demande une commission interne de passation de marchés sans suite depuis 2013 bien qu’ayant depuis 2014 un compte administratif supérieur à 300 millions de FCFA comme l’exige la loi. Nos prédécesseurs avec moins de 300 millions de compte administratif en avaient une commission interne de passation de marchés publics puisque du RDPC peut-être, mais non je crois que cette violation de la loi sur la création des commissions internes de passation des marchés publics au sein des communes est une mafia lucratives avec des tentacules jusqu’à Yaoundé. C’est pour cela que je propose aux Camerounais de converger au delà des clivages partisans vers la G.O.S.C.E (Gouvernance opérationnelle et stratégique pour la croissance et l’emploi) qui apporte une approche impartiale et juste de la gestion des ressources de la nation peu importe notre localité, appartenance ou affinité, mais mieux une prise décisionnelle objective et responsable dans la sélection des prestataires des marchés publics. Avec 20% du B.I.P (budget d’investissements publics) directement affecté aux 360 collectivités territoriales décentralisées avec des prescriptions d’utilisation prioritaires par ratio pour la construction du confort résidentiel minimum et le décollage économique des territoires ruraux, la mise en ligne des marchés publics de la nation et la sélection anonyme et codifiée des soumissionnaires dans 60 commissions de marchés publics qui elles même sélectionneront des prestataires par code alors que les prestataires ne sauront pas dans quelle commission ou territoire se fait leur sélection.

Vous avez appuyé sur ‘déranger’.

 Ne craignez-vous pas un retour de manivelle de la combinazione ?

 

si dénoncer des faits socioéconomiques et dysfonctionnements graves de la république et monter un chemin illuminé à des hommes jouissant de trente cinq années de confiance du chef de l’état sans véritablement pouvoir lui donner des solutions pérennes c’est déranger alors je leur souhaite de continuer l’égarement de la nation jusqu’au cumulonimbus qui pointe dans notre ciel. Je pense que pour nos enfants contraints désormais à l’exil socioéconomique vers des pays n’offrant plus d’hospitalité à la misère que nous créons chez nous, la liberté d’expression doit être franche sincère et totale pour sauver notre nation de l’implosion, du chaos et de la dislocation; de plus elle cette liberté nous a été donné par le président de la République Paul Biya pour éviter que certains soient obligés de recourir au maquis, la radicalisation ou à l’extrémisme pour se faire entendre et je crois mon mode d’expression est mille fois préférable à boko haram ou aux sécessionnistes.

Qui est en réalité Jacques Maboula Mboya, un inconnu qui a fait mordre la poussière au Rdpc ? un inconnu des hommes c’est possible, mais très connu de Dieu et cela me suffit…  parce que je suis l’instrument du Dieu que je sers et il nous a dit celui qui est prêt à perdre sa vie pour moi la sauvera alors que celui qui veut la sauver contre moi la perdra, l’éternel est mon berger je ne manquerai de rien puisqu’il est le commencement et la fin de mon engagement et parcours politique et à lui seul appartiennent le règne, la puissance et la gloire très cher Edouard Kinguè.

Jusqu’où irez-vous dans cette croisade pour la décentralisation et la mal gouvernance ? Jusqu’où Dieu m’inspirera et me portera pour que vivent les camerounais dans un confort résidentiel minimum de l’égalité de chances pour tous les citoyens et terroirs de la nation peu importe leur localité ou leur appartenance politique, sociale ou religieuse.

 

D’aucuns vous prêtent l’idée de créer un parti politique dans la perspective de la présidentielle. Un de plus ? Pourquoi faire ?

 

Paul Biya est et reste le candidat du Nkam pour les prochaines élections présidentielles sauf cas de force majeure divine alors le Nkam en particulier et le grand littoral sawa à l’unisson auront un mot à  dire sur les enjeux de demain puisque je reste convaincu que rassembler les camerounais autour d’une alliance qui transcende les clivages partisans, religieux, socioéconomiques, et réseaux mafieux est le chemin incontournable qui ramènera notre pays sur le véritable chemin de l’abondance, la prospérité et du vivre ensemble; c’est une mission citoyenne et non partisane qui prend en compte les Résignés à la Destruction et Pillage du Cameroun (R.D.P.C) par instinct de survie économique recroquevillés dans le parti au pouvoir  et les frustrés et exaspérés qui ont fait le choix de la radicalisation en devenant hostiles au régime de Yaoundé pendant que d’autres font le choix de l’exil; tous ces hommes et femmes ne sont pas antinomiques dans leurs attitudes et ne réclament qu’une seule et même chose le vivre ensemble dans une république d’abondance et de prospérité agréable, solidaire , impartiale et juste qui offre une égalité de chances à tous les citoyens et terroirs de la nation pour que vive notre cher et beau pays le Cameroun.

Le mot de la fin ?

Nous devons réapprendre en toute vérité et franchise à revivre ensemble comme des frères sinon nous crèverons tous ensemble comme des cons, alors tous aux inscriptions électorales afin que le peuple souverain libre et maître de son destin puisse juger, jauger et choisir ses gouvernants pour la construction d’une république agréable à vivre, d’abondance et de prospérité qui offre une égalité de chances à tous les citoyens et terroirs de la ville et de la campagne sans distinction de sexe, religion, classe sociale, appartenance politique ou philosophique afin que vive notre cher et beau pays le Cameroun et que triomphe la République solidaire impartiale et juste.

 

A Lire également

Leave a Comment